jeudi 2 mars 2017

Partir au lieu de se mettre en arrêt.

Un contrôle d'arrêt ce jour, un café offert par les parents du patient qui n'était pas là.
Parfois ça peut faire du bien un contrôle d'arrêt, cela permet de mettre les pieds dans le plat, de faire que l'employé décide de quitter son travail ou que l'employeur décide de le virer.

Cette décision de partir n'est pas toujours facile à prendre surtout quand le salaire est très convenable, mais quand les deux parties ne se supportent plus et que le salarié prolonge son arrêt de travail pour ne pas voir la tête de l'autre, c'est bien de mettre un point final à l'histoire.

Voilà pourquoi je ne me suis pas mise en arrêt de travail et ai décidé d'arrêter. Supporter la pression de la Sécu est insupportable, certains patients me trouvaient les traits tirés. Evidemment financièrement on n'en parle pas, mais "la liberté n'a pas de prix".

Et pourtant vous les patients je ne vous oublie pas, mais la pression était trop forte,  pour des arrêt de travail! Tout le monde sait que "plaie d'argent n'est pas mortelle", ce que la Sécu n'a pas intégré visiblement.

vendredi 24 février 2017

Savoir attendre avant d'être consolidé

Lorsqu'on est une victime, il faut savoir ne pas être consolidée trop tôt. Même si la consolidation ouvre la porte à l'indemnisation par les assurances
On pourrait croire que le fait de consolider très rapidement augmente son pourcentage de handicap (atteinte à l'intégrité physique et psychique). En théorie c'est vrai.

En pratique ce n'est pas conseillé, parce que
- finalement les assurances  vont payer plus, et devinez sur qui cela sera imputé? Sur tous les assurés.

- Ensuite cela conforte la victime dans son statut, "je suis handicapé", l'air de dire que son état est définitif. 

- Et c'est psychologiquement mieux, pour le moral que de se dire: "j'ai moins d'argent  mais à présent je galope comme avant", N'est-ce pas ce qui est souhaitable? Une guérison plutôt qu'un statut d'handicapé à vie? (malheureusement l'un n'empêche pas l'autre et ma victime ce soir, quoi qu'elle fasse pour s'améliorer aura un taux d'AIPP conséquent). 

jeudi 23 février 2017

Vie après la médecine

En ce moment la médecine ne m'envahit pas, sauf dans mes rêves: cette nuit j'avais arrêté la médecine, mais j'avais oublié ce léger détail. Je donnais une consultation à un patient, me faisais payer et passais la carte vitale.
Non, ce n'est pas un cauchemar, ce qui l'est c'est de continuer la médecine avec son statut bâtard: obligations d'un libéral, obligations d'un fonctionnaire. J'ai choisi la fuite même si ce n'est pas toujours évident. 

Il y en a un qui est ravi, c'est mon MiniRambo que je prends le temps de  coucher chaque soir: une histoire (TomTom et Nana nous fait rire aux larmes tous les deux), une conjugaison, et un petit cours de grammaire!
Je soupçonne qu'il me le demande pour retarder le temps du coucher mais avez-vous déjà vu un gamin qui demande d'autorité des notions de grammaire? Ce soir il a fallu que j'apporte le Bescherelle pour se pencher sur le chapitre des pronoms!  Nous avons déjà étudié la question des adjectifs, des propositions, des prépositions. Si cela ne vous évoque plus aucun souvenir, à vos Bescherelle! La grammaire n'est pas forcément rébarbative. 


mardi 21 février 2017

Solutions pour délinquants statistiques

Une de mes consoeur s'est fait fliquée par la Sécu à propos de ses arrêts de travail. 
Pourquoi? Elle était dans les clous, elle, elle ne faisait pas trop d'arrêts.
Mais la CPAM n'avait pas assez de "têtes à couper" et en a choisi une au hasard 

La conclusion de l'histoire: la consœur prend TOUTES les vacances scolaires sans remplaçant pour faire baisser son chiffre d'arrêt. Elle profite de ses enfants dorénavant (et de son mari), j'en suis fort heureuse pour elle.

En ce qui me concerne, Guadeloupe  en perspective et grammaire de façon intensive à mon petit garçon qui en raffole! Il faut le voir pour le croire, il ne peut pas se coucher sans avoir  écouté une histoire, récité une conjugaison, décortiqué une phrase, il reçoit un bisou à chaque bonne réponse, un gros câlin à la fin. 
Et il snobe ses camarades de classe qui en sont à conjuguer difficilement le présent. 

Merci la Sécu pour toutes ces opportunités!

samedi 18 février 2017

Essure, pas la panacée

Une de mes patientes s'est fait mettre un dispositif Essure il y a quelques années, et fait retirer il y a trois mois.

Voilà l'actualité:            C’est une première. D’après le Parisien, le laboratoire allemand Bayer devrait être poursuivi en justice. En cause, son dispositif de contraception définitive aux lourds effets secondaires. D’après certains témoignages, il provoquerait des couleurs aiguës et de graves complications.
Des dizaines de femmes accusent l’implant contraceptif Essure, fabriqué par le laboratoire Bayer, d’être à l’origine d’effets secondaires indésirables, voire « dramatiques », comme des problèmes d’audition, maux de tête, douleurs au ventre et de dépression. 
http://www.femmeactuelle.fr/sante/news-sante/les-implants-contraceptifs-definitifs-essures-sont-poursuivi-34870

Elle faisait de la rétention d'eau, était de plus en plus fatiguée, avait grossi, avait des douleurs abdominales... 
Et c'est moi qui lui avait conseillé! Je n'aime pas me faire gruger comme ça, surtout qu'il y va de la santé des patientes. Mais je n'avais aucun moyen de le savoir. Le sujet de la contraception est un sujet particulièrement sensible, se pose toute la vie d'une femme jusqu'à la ménopause. 
En tout cas dés qu'il existe une class action, elle s'inscrit.  C'est trop dur de se battre toute seule.


mercredi 15 février 2017

JE N'AI PLUS UN SEUL ARRÊT

Les arrêts de travail me poursuivent: un patient m'a appelée  pour en prolonger  un! Son nouveau médecin lui a donné un jour le vendredi  pour une gastro sans savoir que le pauvre travaillait aussi samedi et dimanche. 
Mon ex-patient est resté peinard chez lui, n'est retourné au travail que lundi! Son contre-maître l'a menacé: "si tu ne reviens pas avec un arrêt pour samedi et dimanche, je te donne un blâme".

Son nouveau médecin n'a pas voulu rajouter les  deux jours d'arrêt et qui c'est qu'on appelle? C'est bibi!  Mais c'est que je risque gros à faire des arrêts alors que la Sécu m'a radiée. D'ailleurs j'ai jeté tous les arrêts à la poubelle, qu'on se le dise, on peut me braquer, me cambrioler,  me menacer, me supplier, JE N'AI PLUS UN SEUL ARRÊT!   
Je suis déjà une grande délinquante, il ne faut pas en rajouter. 

lundi 6 février 2017

Fini les "sorties libres"!


Reçu dans ma boite mail: 

Les CPAM de la Région Hauts de France ont relancé depuis plusieurs semaines leurs actions portant sur la maîtrise du poste de dépenses lié aux arrêts de travail.
 L’arrêt de travail fait en effet partie du traitement d’un malade, mais il impose à l’assuré, pour le versement de ses indemnités journalières, un certain nombre de règles, dont le respect des horaires de présence au domicile.
 Sur ce point, la CPAM souhaite intensifier dans les jours prochains les contrôles de présence des assurés à leur domicile lorsqu’ils sont en arrêt de travail, sauf dans le cas d’une autorisation exceptionnelle de sorties sans restriction d’horaires, médicalement justifiée par vos soins.
 Je souhaitais vous en informer préalablement et attirer votre attention sur les sorties « libres » et leur caractère exceptionnel, ainsi que sur la nécessité, le cas échéant d’une indication claire sur l’avis d’arrêt de travail avec une justification de votre part.  

Voilà, vous le saurez, on ne rigole plus avec les arrêts de travail. Mes confrères vont se faire fliquer davantage. 
Je mettais volontairement "sorties libres" quand il s'agissait de dépression, car j'estimais que s'enterrer chez soi n'était pas une bonne idée pour remonter la pense. Fini!