dimanche 28 février 2016

J+54

Dépakine: "400 cas par an", selon un avocat de victimes

Le valproate, un antiépileptique présent notamment dans le Dépakine de Sanofi, a provoqué de 2006 à 2014 environ "400 cas par an" de troubles pathologiques chez les bébés, bien plus que l'estimation de l'Igas, selon un avocat des familles de victimes.
"L'Igas (Inspection générale des affaires sociales) confirme un nouveau scandale sanitaire majeur : un produit maintenu sur le marché pour les femmes enceintes alors que sa nocivité sur les foetus était connue. Notre estimation est plutôt de 400 cas par an, car l'Igas ne cite que les troubles physiques, mais pas les troubles du neurodéveloppement" alors que "dans presque un cas sur deux le foetus risque de souffrir de trouble type autisme", a déclaré mercredi Charles Joseph-Oudin, avocat des familles de victimes, au micro de France Inter.

L'Igas a estimé mardi que le valproate avait entraîné au moins 450 malformations congénitales entre 2006 et 2014 chez des bébés exposés in utero en France, un chiffre obtenu en appliquant à la France entière des données de la région Rhône-Alpes. Elle a averti qu'il faudrait attendre le mois de mai pour avoir une mesure plus précise.

Marine Martin, présidente de l'association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac), a déclaré mardi avoir déjà recensé 1.050 victimes du valproate sur son site internet, la plupart souffrant de troubles autistiques. Elle a aussi réclamé la création d'un fonds d'indemnisation.
http://www.bfmtv.com/societe/depakine-400-cas-par-an-selon-un-avocat-de-victimes-954077.html
Malheureusement les victimes sont de plus en plus nombreuses

samedi 27 février 2016

J+52 J+53

Une de mes victimes d'une erreur médicale (contre l'assistance publique de Paris!) veut porter plainte et se défendre seule, car elle a des notions de droit. Mais comme elle n'a pas de notions de médecine, elle m'a appelé.
C'est son droit, sa liberté, mais je ne saurais trop conseiller de prendre un avocat pour les affaires de responsabilité médicale, car c'est souvent épineux.
Comme un médecin ne se soigne pas seul, un juriste ne se lance pas seul dans l'arêne. 

jeudi 25 février 2016

J+50 J+51

Une victime d'un accident de voiture  avec un préjudice physique a prévenu son  assurance qu'il prenait un médecin de recours. Celle-ci a rétorqué " mais vous n'en avez pas besoin, c'est un accident tout à fait normal".
Néanmoins la personne  m'a appelée car elle avait un peu peur de se trouver devant l'expert sans être représentée. J'y suis allée.
Quand il a présenté la facture à l'assurance, celle-là a poussé des hauts cris et a répondu qu'elle ne remboursait rien du tout!

Quoi faire? D'abord dans les postes de préjudices pour lesquels une personne peut être indemnisée se trouve le poste "frais divers"; on peut y inscrire le kilomètrage causé par l'accident  (les visites chez le médecin etc.), la nourrice si la victime est incapable de s'occuper de ses enfants, la femme de ménage etc. et le médecin de victime!  JE SUIS REMBOURSEE, on le saura et l'assurance est hors la loi.

mardi 23 février 2016

J+49

Deux patientes différentes : "nous avons été contrôlée par la Sécu qui nous a validé nos arrêts"

A la bonne heure!   Ma seule consolation est que le médecin de la Sécu qui me contrôle est en train de justifier son salaire... à contrôler des patients qui n'en ont nul besoin.


lundi 22 février 2016

J+47 J+48

Ma remplaçante travaille tout va bien, plus que quelques jours de surveillance intensive de la Sécu.

Son attention  constante m'a aidée à prendre Énormément de recul par rapport à la médecine générale qui n'a de libéral que le nom.

samedi 20 février 2016

J+46

Savez-vous qu'au scanner il n'y a pas de "babyphone"? Le radiologue prévient: "si vous avez besoin vous appuyez sur le bouton à côté de vous". Le radiologue peut parler, donner des ordres au patient. 
OK, très bien.
 Et si on fait un arrêt cardiaque? on prend le temps d'appuyer sur le bouton et de dire "wwrouaghll, je me meurs"?
C'est vachement dangereux cette affaire, d'autant plus que la pièce est insonorisée, si le type est sous scope on n'entend pas l'alarme. La vitre séparant le radiologue de la pièce est plombée. 
De plus personne ne surveille le patient dans la salle avec un tablier de plomb. 
Le personnel brancardier ou infirmier n'est pas là aux côté du radiologue en train de surveiller le patient  ou les alarmes du scope pendant que  lui-même  surveille son scanner, la progression du liquide qui se propage dans le corps. 

Il y  a eu des catastrophes, il  y en aura encore, tant que les pièces d'IRM ou de scanner  ne satisferont pas aux obligations de prudence et de sécurité prévus par la loi. 

vendredi 19 février 2016

J+45

J'ai encore laissé la remplaçante se battre avec les arrêts de travail pour assister à une expertise.

C'est bientôt fini, le 4 mars ils continueront une surveillance plus discrète mais tout aussi efficace de mes arrêts.


jeudi 18 février 2016

J+43 J+44

Mes patients aussi sont maltraités: une patiente m'a fait écouter le message qu'une "gentille" dame de la Sécu lui a envoyé:
"Bonjour madame JFille, c'est la CPAM, il est Impératif que vous me rappeliez dés que vous avez ce message. Vous êtes convoquée demain par le médecin de la Sécu qui vérifiera la validité de votre arrêt de travail. Ce rendez-vous est Obligatoire".  Tout cela déclamé d'un ton péremptoire. 

Un de mes anciens remplaçants a arrêté la médecine générale  (trop de paperasse et d'obligations)  et coule des jours heureux avec sa famille dans une île enchanteresse. Quel bon choix il a fait! Il y avait du soleil dans sa voix quand il m'a souhaité la bonne année!

mardi 16 février 2016

J+41 J+42

Une gentille dame de la Sécu est venue m'expliquer ce jour  quelques recettes pour faire moins d'arrêts de travail. 

J'en ai profité pour lui rendre 250 enveloppes  prétimbrées pour 50g, émanant de la Sécu!!!  Il n'y a pas de petites économies. 
 En effet, je coûte cher en ce moment. 
- en enveloppes
- en personnel pour recevoir et lire mes arrêts
- en temps de médecin qui prend le temps de recevoir chaque patient arrêté plus d'une semaine.
Ou sont les économies? 
Comme m'a dit la gentille dame, c'est juste pour faire plaisir à la Caisse nationale d'assurance maladie qui a la Picardie dans le collimateur concernant les arrêts de travail. Il fallait des exemples, j'en suis un. 


dimanche 14 février 2016

J+40

Malgré le stress lié aux attentats, à la persistance du chômage ou à la crise des migrants, moins de médicaments contre l'anxiété et de somnifères ont été remboursés par la Sécu l'an dernier.
Les Français n'ont pas consommé plus de tranquillisants en 2015, malgré le stress lié aux attentats, à la persistance du chômage ou à la crise des migrants. D'après des statistiques de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts), dévoilées par Le Point, le nombre de boîtes de benzodiazépines anxiolytiques - autrement dit de «tranquillisants» tels que Temesta, Lexomil, Seresta ou Xanax - a même diminué en 2015, par rapport à 2014.
Précisément, l'Assurance maladie a remboursé 702.999 boîtes de médicaments traitant l'anxiété en moins cette année: 48.974.172 en 2015, contre 49.677.171 en 2014, ce qui équivaut à une baisse de 1,42 %. Même tendance pour les «somnifères». Le nombre de boîtes de benzodiazépines hypnotiques tels que Noctamide ou Havlane remboursées en 2015 est tombé à 6.511.693 contre 6.731.628 en 2014, soit une baisse de 3,26 %.
«Seuls les antidépresseurs inhibiteurs de recapture de la sérotonine, ainsi que la Venlafaxine, ont été légèrement plus prescrits et consommés puisque le nombre de boîtes remboursées a progressé de 222.718 unités (33.660.173 en 2015, contre 33.437.455 en 2014), soit plus 0,67 %», relève Le Point.

«Résilience» humaine

Après une année 2015 particulièrement morose, pourtant, cette tendance surprend. «Ce n'est pas parce qu'une population encaisse des traumatismes répétés que ses membres deviennent automatiquement et maladivement anxieux», explique le professeur Antoine Pelissolo, chef de service de psychiatrie à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil et président de l'Association française des troubles anxieux et de la dépression, à l'hebdomadaire. «Il existe heureusement des phénomènes de compensation: l'adaptation de l'humain à son environnement, la solidarité de groupe, la résilience, la résistance individuelle et collective, et bien d'autres mécanismes encore.»
http://www.lefigaro.fr/conso/2016/02/14/05007-20160214ARTFIG00067-les-francais-ont-consomme-moins-de-tranquilisants-en-2015.php
Que voilà une bonne nouvelle, les français plus réveillés! J'adore.

samedi 13 février 2016

J+38 J+39

Voici une lettre que la Sécu envoie à mes patients:


"Chère madame Bille, 
Un arrêt de travail vous a été prescrit par le docteur Vincent.
Je vous informe que sa prescription est soumise à l'accord préalable du contrôle médical
Votre dossier est actuellement étudié par un médecin-conseil qui peut avoir besoin de vous rencontrer. 
Toutefois si les informations contenues dans votre dossier sont suffisantes, vous ne serez pas convoquée, et nous traiterons votre demande dans les conditions habituelles". *

Mon compagnon me dit que c'est bien tourné, c'est déjà ça
Et je vais faire un parallèle complètement foireux: suite à un meurtre, une cellule psychologique se met en place: c'est déjà ça!

Autant dire que le patient suivant la connaissance de cette lettre a été bien reçu, mais il a compris après avoir lu ce torch.q


jeudi 11 février 2016

J+37

Souvent les plaintes des victimes concernant les erreurs médicales ou autres portent sur la façon dont on les a prises en charge. Par exemple:
- un médecin de la Sécu qui dit à un invalide: "Ah ah! Vous voulez passer en invalidité type 2 pour toucher du blé!"  Le type a quand même eu un accident du travail grave autrefois.
- un psychiatre ayant donné un traitement un peu fort  à un patient, celui ci était complètement perdu et confus; il a dit à l'épouse "si vous portez plainte contre moi, je trouverai quelque chose contre vous". 

Les médecins peuvent faire des erreurs; quand elles ne portent pas trop à conséquence et qu'ils s'excusent, ou au moins le reconnaissent implicitement ils n'auront que peu de chance d'être poursuivis. 
Et bientôt je vais devoir assister l'époux d'une patiente arrivée à l'hôpital pour un hallux valgus (le pied déformé) et qui se retrouve presque en état de mort cérébrale.  A qui la faute? En feuilletant les 98 pages du dossier, tout le monde a soigné en son âme et conscience. Alors pourquoi chercher plus loin? Les CRCI (commission régionale de conciliation et d'indemnisaton) sont là pour les accidents non fautifs et basta. 

mercredi 10 février 2016

J+35 J+36

RAS, pas d'arrêt ce jour, ma remplaçante s'y colle. Un peu de répit.

Le directeur de la Sécu m'avait poussé à ne pas accepter cette procédure contraignante: " vous imaginez la honte devant vos patients, vous devrez afficher sur votre porte que vous êtes sous procédure de mise sous accord préalable!"

Je l'attends encore cette affiche, preuve qu'il a dit n'importe quoi pour me faire plier; Il n'est pas allé jusqu'à me glisser des fers rouges sous les ongles. Et puis je n'ai pas honte, puisque virtuellement la France entière peut lire mon blog. Et puis c'est moins infamant que d'avoir bousillé un patient " plaie d'argent n'est pas mortelle". 

lundi 8 février 2016

J+34


L'exemple des médecins  se mettant aux 35  heures m'a fait réfléchir: depuis quelques temps je propose qu'il y ait deux sortes de médecins, ceux fonctionnarisés et ceux entièrement libéraux, non remboursés par la sécu.
Et le salaire des médecins fonctionnaires devrait s'aligner sur celui des médecins de la Sécu, avec des primes d'ancienneté, aux 35 heures.
C'est médecins new age travailleraient au sein de structures comprenant infirmière, kiné etc. Ils ne paieraient pas de loyer, pas de femme de ménage, de caisse de retraite,  tout serait prélevé à la source. 
Ils bénéficierait d'heures sup décomptées. 
 S'il y avait  une réunion le soir, un repos compensateur s'ensuivrait.
Ces centres pourraient accueillir des internes, des élèves infirmières ou kiné. 

Ce qu'on veut, ce n'est pas forcément gagner beaucoup d'argent ( sauf certains, mais ils n'ont qu'à rester libéraux), mais avoir du temps, et évidemment être reconnu avec nos 8 ans d'études minimum. 






















dimanche 7 février 2016

J+33

Cela confine à la rage: j'ai rêvé cette fois que l'on reproduisait un mai 68 et que c'était les internes en médecine qui initiaient le mouvement!

Certains patients font des rêves prémonitoires, moi pas encore jusqu'à présent.

PS: 5 expertises qui s'annoncent, la vie est belle, mais malheureusement pas dans le domaine où il faudrait. 

vendredi 5 février 2016

J+32

J'ai rêvé que je devenais assureur pour des produits de santé, employée d'un de mes patients.
Ca va loin l'envie de changer!

J+31

Des confrères se font poursuivre par la Sécu pour des prescriptions de transport sanitaire. Pourquoi? Parce qu'ils les ont rédigées le jour même et la Sécu les a accusés de les post-dater.
Il aurait fallu qu'ils marquent "urgence".

Décidément les généralistes ne sont plus libres de leurs mouvements!

jeudi 4 février 2016

J+30

Un certificat "Je soussignée dr Vincent, certifie que le jeune Greluchon Bing ne peut pas prendre de tétine durant la journée".
Pourquoi? Parce qu'on lui a retiré à cause de sa dentition qui s’abîmait: il paraîtrait que la maîtresse lui en donnait une se ses objets trouvés!

mercredi 3 février 2016

J+29

le patient n'était pas très content que je le consolide. Mais pourquoi consolider?
D'abord la consolidation se fait de un an à cinq ans pour certains traumatisés crâniens: ils peuvent encore s'améliorer durant tout ce temps. 
En suite la consolidation met un point final à l'histoire médicale et déclenche l'histoire juridique, c'est à dire la réparation. Si pas de consolidation, pas de réparation, pas d'indemnités (en dehors des avances). 
Rien n'empêche des soins de kinésithérapie par exemple et de les placer dans le  poste "frais futurs" à intégrer à l'expertise. 

mardi 2 février 2016

BRIGITTE FONTAINE & KHAN "Fine Mouche - dOP remix" IMS 007


Voilà du dément!

J+28

Une de mes patients doit passer devant le médecin conseil; elle souffre d'une maladie chronique aggravée par un désaccord profond avec sa hiérarchie. Et comme cela a pris des proportions importantes elle est personna non grata dans l'entreprise. 

Mais le médecin de la Sécu, en voyant mon arrêt s'est sûrement dit: " ah ah, je vais prendre le dr Vincent en flagrant délit d'arrêt abusif".  
Car c'est la première fois en un mois d'intense surveillance qu'il convoque une de mes patientes. 

Elle m'a téléphoné ce jour pour me prévenir. Comme c'est une femme qui ne se néglige pas, même au fond du trou pratiquement je lui ai donné ce conseil: " Et puis ne vous apprêtez pas et ne vous maquillez pas devant le médecin conseil. Vous êtes déprimée bon sang!"
C'est qu'il faut savoir se défendre!

lundi 1 février 2016

J+27

Ce matin je vois un type assis dans la salle d'attente. Rien qui retient mon attention de prime abord.
A part que durant la consultation d'un petit bambin un patient frappe à ma porte: " venez, le monsieur ne se sent pas bien!"
Je l'allonge, lui lève les jambes, vérifie qu'il va mieux, fait sortir le patient d'avant et le reçois.
" Bonjour docteur, je n'avais pas rendez-vous, mais je suis tombé sur la table basse hier et je me suis ouvert l'arcade sourcilière. La pharmacienne a dit que vous pourriez me recoudre".
Ça, c'est le discours de base.
Le résumé de l'histoire qui est venu par bribes est: le patient a fait un malaise hier, est resté évanoui toute la nuit par terre et ce matin s'est réveillé avec l'idée "je dois aller travailler". Il a mis un pansement sommaire sur son arcade méchamment ouverte,  puis "je dois aller à la pharmacie", et enfin "je dois aller chez le docteur". 

L'ambulance a été prévenue dés l'histoire comprise, le SAMU aussi, d'autant plus qu'il avait une diminution de force musculaire des membres! Ça peut illustrer le mot "obnubilation".